En

Léon 

de Paul Tubiana | SUISSE

Son projet, Léon, est une paroi en carton qui se déploie comme un éventail permettant de s’isoler pour un instant choisi. Une façon de se dérober, facilement et élégamment, au regard des autres. Son équilibre est assuré par un socle en bois le long duquel se replie le paravent.

Paul Tubiana
paultub@gmail.com

Ce Parisien de 22 ans termine actuellement ses études de design à l’ECAL, à Lausanne. Il est également exposé dans le cadre des D’Days par Lausanne Jardin, un concours de scénographie consistant à intégrer des jardins à l’espace urbain. Ce projet, sélectionné par la ville, sera prochainement exposé à Lausanne.

Qu’est-ce qui vous a inspiré ce projet ?

J’avais envie de créer une paroi permettant de s’isoler quelques instants, de se cacher des autres mais sans que cela se transforme en un mur gênant. L’éventail m’est apparu comme la solution la plus adéquate. C’est une paroi que l’on déploie d’un geste élégant. De plus, cela crée une surprise à l’ouverture du fait du format rectangulaire. Je l’ai appelé Léon en référence au cri du paon qui fait la roue. L’objet est en carton. Son équilibre est assuré par un socle en bois le long duquel se replie le paravent.

Être designer aujourd’hui, cela signifie… ?

Essayer d’améliorer les objets pour améliorer la vie quotidienne. Nous devons créer des produits pratiques, malins, instinctifs, beaux, réjouissants, mais aussi faciles à produire et non polluants. Il existe déjà tellement d’objets. Avant d’en proposer un nouveau, le designer doit se demander : pourquoi en faire un de plus ? Est-ce légitime ? Qu’aura-t-il de mieux qu’un autre ?

Votre vision d’un temps pour soi ?

Faire ce que l’on veut quand on veut, pouvoir se retrouver et sortir quelques instants du champ de vision des autres.

photos Marc Domage © Fondation d'entreprise Hermès, 2014