En

Window Seat

de Kelvin Lim | SINGAPOUR

Son projet, Window Seat, soulève la question de la limite de la sphère privée. Son fauteuil est une sorte de prolongation de la fenêtre dans l’espace. Il est fabriqué en acier tubulaire et se dissimule derrière un rideau de cordes élastiques.

Kelvin Lim
tiknuf@gmail.com

Installé à Singapour, d’où il est originaire, Kelvin Lim, 36 ans, architecte de formation, a fondé son agence Materium en 2012. Il travaille aussi bien sur des projets de design produit, d’installations artistiques que pour des résidences privées ou la conception d’un boutique hôtel.

Qu’est-ce qui vous a inspiré ce projet ?

J’ai toujours été intrigué par les limites de la sphère privée, notion subjective propre à chaque personne. Pour ce projet, j’ai eu envie de travailler sur une expression concrète de cette limite en créant un espace qui est aussi un siège. Le fauteuil devient une sorte de prolongation de la fenêtre dans l’espace. Il est fabriqué en acier tubulaire et se dissimule derrière un rideau de cordes élastiques. Il fait aussi bien partie de l’intérieur que de l’extérieur quand la fenêtre est ouverte. Cette ambiguïté procure un sentiment d’isolement momentané.

Être designer aujourd’hui, cela signifie… ?

Conceptualiser des idées, mais aussi réaliser des projets à taille réelle. Cette confrontation avec la fabrication est essentielle.

Votre vision d’un temps pour soi ?

Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin de murs épais ou de forêt lointaine pour prendre du temps pour soi. Nous recherchons une forme d’intimité dans la proximité, c’est-à-dire sans forcément changer de décor ou d’environnement.

photos Marc Domage © Fondation d'entreprise Hermès, 2014